Archives pour la catégorie mobilité douce

Retour sur le 1er atelier entretien et réparation vélo co-organisé par Plaisir en Transition et la Vie’Cyclette

Samedi 12 février, des bénévoles de la Vie’Cyclette et Plaisir en Transition ont accueilli huit personnes pour des séances d’une heure visant à mieux connaître, entretenir et réparer leur vélo.

Les participants ont pu constater que quelques connaissances de base de la mécanique vélo suffisaient à régler une grande partie des problèmes auxquels les cyclistes sont confrontés. Concrètement, ils ont réalisé des réglages de dérailleurs et freins, des lubrifications, et des remplacements de pneus, de chaîne ou de roue libre.

Diffuser les connaissances de la mécanique vélo permet de favoriser l’usage au quotidien du vélo, qui est un mode de déplacement efficace, économe et qui protège de la sédentarité. 

Plaisir en Transition et la Vie’Cyclette vous convient d’ores et déjà aux prochains ateliers vélo Plaisirois, qui auront lieu les samedis 12 mars, 9 avril et 14 mai. Les ateliers ont une durée d’une heure et la participation est gratuite après inscription avec notre formulaire en ligne https://forms.gle/taWHbgXzpjHmxCKGA 

Parlez-en autour de vous !

Le 12 février, venez apprendre à réparer et entretenir votre vélo

Plaisir en Transition et La Vie’Cyclette vous convient à un atelier d’initiation à l’entretien et la mécanique vélo : 

  • réglages (dérailleurs, freins …) et lubrifications
  • remplacement de pièces (chaîne, patins de freins…),
  • réparation de crevaisons, … 

Il s’agit de séances gratuites d’une heure. Apportez si possible votre vélo, et éventuellement les pièces à remplacer.
Inscription pour le samedi 12 février par un formulaire en ligne https://forms.gle/taWHbgXzpjHmxCKGA
D’autres ateliers auront lieu les prochains mois (mars, avril et mai).

Réhabilitation NPNRU du quartier du Valibout : une opportunité pour développer la mobilité vélo  à Plaisir !

Dans nos villes, l’hégémonie de l’automobile a eu des effets néfastes : surface démesurée occupée par les voies de circulation et les stationnements (au détriment d’aménagements plus attrayants), bruit, congestions, sédentarité physique des habitants, forte consommation d’énergie, coût financier pour les propriétaires, pollution, etc.  

La mobilité, un atout indéniable pour les villes et leurs habitants

Les villes qui sauront diminuer la dépendance de leurs habitants à l’automobile seront aussi plus accueillantes ! Il est temps de donner la priorité aux modes de déplacements actifs : la marche et le vélo, qui ont de nombreux bénéfices à la fois au niveau individuel et collectif.

Concrètement, à l’échelle d’un quartier comme celui du Valibout à Plaisir, voici les destinations accessibles en moins 15 min à vélo (4 km) :

Le projet de réhabilitation du Valibout

Le projet NPNRU (nouveau projet national de renouvellement urbain) qui doit bénéficier au quartier dans les prochaines années est une occasion à ne pas manquer pour favoriser l’usage du vélo, qui est actuellement très difficile en raison du manque de stationnement sécurisé et de la configuration de la voirie.

Dans ce cadre, l’association Plaisir en Transition apporte son soutien en proposant des mesures concrètes, telles que :

Créer des stationnements vélo fonctionnels au sein du quartier

En raison notamment des risques de vol ou de dégradation, il n’est pas possible de stationner durablement des vélos à l’extérieur, notamment la nuit. Pour y remédier, il faudrait créer des locaux à vélo fonctionnels : des locaux clos, couverts, situés à proximité des entrées d’immeubles, accessibles uniquement par badge, faisant l’objet d’un entretien régulier et accueillant jusqu’à 25 vélos maximum par local. 

En complément, de simples arceaux vélo doivent être disponibles, pour des usages courts (visites, accès ponctuels …), à proximité immédiate de toutes les entrées des immeubles, commerces et services.

Réduire le nombre de “coupures urbaines” autour du quartier

Le Valibout est coupé du reste de la ville par des axes routiers qui compliquent la circulation à pied et à vélo, notamment la RD30, l’avenue du général de Gaulle et la rue Jules Verne. 

Certains travaux permettraient de faciliter les accès piétons et cyclistes entre le quartier et le reste de la ville : 

  • Améliorer la configuration pour piétons et vélos du carrefour av Gal. de Gaulle / av de Geesthacht / rue Jules Verne [1].
  • Prévoir un accès piéton et cycliste à la voie verte de la RD30 au niveau de l’avenue F. Mitterrand (Sud-Est du quartier) [2]. La voie verte de la RD30 à l’intérêt de faire partie du projet « RER vélo » de la région Ile de France (ligne B3, qui reliera Plaisir / Trappes / Montigny), qui est un réseau de pistes cyclables avec un standard de qualité élevé.
  • Rendre cyclable le chemin entre le carrefour av F. Mitterrand / rue J. Verne et l’avenue Marc Laurent et transformer les rues à sens uniques qui se trouvent au Sud ce ce chemin, en double sens cyclables afin de permettre un accès vélo au centre bourg [3].
  • Prévoir une traversée cyclable de l’avenue du Gal. de Gaulle à proximité du collège pour accéder à la promenade de l’aqueduc et rendre cette promenade cyclable au moins jusqu’au boulevard Léon Blum (suppression des barrières anti-intrusion qui sont trop rapprochées et création d’un revêtement asphalte qui délimite un cheminement cyclable continu et suffisamment large) [4 et 5].
  • Créer une piste cyclable séparée des automobiles sur l’axe rue de Geesthacht / av. J . Verne et si possible sur la rue du Général de Gaulle [6].

Développer la voirie cyclable dans le quartier 

Au sein même du quartier du Valibout, certaines rénovations de voirie permettraient des déplacements cyclables pratiques et sécurisés :

  • Le quartier comporte plusieurs chemins piétons. Une bonne partie de ces chemins pourrait également être utilisée par les cyclistes. Cela suppose de disposer de largeurs d’au moins 3 m pour permettre la cohabitation entre vélos et piétons, et de supprimer les ressauts et barrières pour limiter les détours imposés au vélo. 
  • Pour les rues principales où le trafic automobile est important, par exemple la rue du Valibout, il faudrait créer des aménagements cyclables séparés à la fois des automobiles et des piétons. Les bandes cyclables sont à éviter car elles sont souvent encombrées de véhicules en stationnement. L’idéal serait de créer une piste cyclable séparée de la route et des trottoirs. 
  • En l’absence de piste ou de bande cyclable – notamment pour les rues à faible trafic motorisé – les rues à sens unique doivent être praticables dans les deux sens pour les cyclistes (double sens cyclables).
  • Il faudrait également dissuader le stationnement automobile à proximité immédiate des écoles pour sécuriser leurs abords et faciliter l’accès aux parents et enfants qui se rendent à l’école à pied ou à vélo.

Point de vigilance concernant la création de nouvelles rues

Le pré-projet NPNRU comporte la création de nouvelles rues de circulations automobiles qui traversent le quartier, avec pour objectif de faciliter les circulations de desserte résidentielle et des véhicules de secours et de service (gestion des déchets). Ceci risque toutefois de contribuer à morceler davantage le quartier si ces rues devaient  accueillir un trafic important. 

Deux mesures permettraient de réduire ce problème :

  • Concevoir un plan de circulation qui limite le nombre d’automobiles utilisant les rues du quartier pour des trajets en transit.
  • Aménager les voies de manière à inciter les automobilistes à réduire leur vitesse. Seules des zones 30 et zones de rencontre sont envisageables pour des rues dont l’objectif est de desservir des quartiers d’habitation. Il s’agit notamment d’agir sur les dessins des voies, et de créer des chicanes ainsi que des plateaux surélevés aux intersections. Nous suggérons également de mettre en place des trottoirs traversants (le trottoir se prolonge au niveau de l’intersection, et les véhicules doivent traverser ce trottoir à vitesse réduite) pour réduire les vitesses dans les carrefours et favoriser les piétons et cyclistes sur les cheminements les plus empruntés.